Sublimement stylé

La « sprezzatura » (nonchalance napolitaine) qui colle à l’air du temps que ce soit en mode sportswear ou business.

Grâce à un ensemble de détails, ce style sur mesure napolitain se démarque de tout ce qui existe :

+

1 Des vestes emblématiques

La poche barchetta (en forme de petit bateau) sur la poitrine permettant de laisser apparaître davantage la pochette.

Les véritables boutonnières avec les boutons qui se chevauchent.

Les poches « pignata » plaquées sur les côtés et incurvées sur le bas emprunté à la forme d’un verre de Brandy.

Les revers généreux, bombé au roulé unique.

Le « faux trois boutons » : 2 boutons fonctionnels et le troisème destiné à donner de la structure à la veste et un meilleur roulé au revers.

Le double point de bâti sur les manches (doppia impuntura).

Con rollino : la tête d’épaule est légèrement bombée et réhaussée par le surplus de tissus accumulés dans l’emmanchure.

Spalla camicia : l’épaule chemise caractérisée par un tombé naturel suivant le corps, une aisance de mouvement absolue au niveau des bras et la présence de plis sur la tête d’épaule.

2 Des pantalons de « pantalonnier »

La doublure présente jusqu’au niveau des genoux pour soutenir le tissu extérieur et le faire glisser facilement en position assise.

La ceinture complètement entoilée, comme un costume, avec une toile en crin de cheval pour un maintien optimal. Elle est fendue à l’arrière pour augmenter le confort, améliorer la coupe et éviter les déchirures.

Le boutonnage latéral (en option) qui permet d’ajuster le tour de taille et d’apporter la touche sartoriale unique à son pantalon.

Les passants de ceinture cousus à l’intérieur de la ceinture et sont également fixés par des barres d’arrêt cousues à la main. Pour les amateurs de bretelles, six boutons intérieurs peuvent être prévus (sur les deux côtés, devant et au milieu dans le dos) pour les attacher.

La sous-ventrière (« Tirapancia / Pancierina) qui permet un maintien parfait de la partie avant du pantalon donnant un effet gainant grâce à une patte intérieure à boutonner. Selon que le pantalon soit zippé ou boutonné, l’une ou l’autre technique est appliquée.

3 Des chemises “Signature” aux fameuses “8 opérations faites à la main”

Le rabattage du col à la main qui permet d’avoir de la tenue sans paraître rigide.

L’emmanchure décalée cousue à la main ce qui permet d’optimiser le confort pour chaque personne grâce à des ajustements flexibles.

Le quart d’épaule cousu à la main afin d’offrir un confort parfait. C’est une opération ultra minutieuse d’assemblage des parties de la chemise au cours de laquelle il faut notamment veiller à la continuité du motif du tissu (pour une chemise lignée ou à carreaux) .

Les boutonnières faites à la main qui permettent de résister à l’usure causée par les boutons, tout en conservant la souplesse nécessaire à l’ouverture aisée de la chemise.

Les boutons en véritable nacre australienne cousus avec l’ancienne technique du point en lys – dit zampa di gallina (pied de poule), permettant une facilité d’ouverture de la boutonnière et garantissant également plus de solidité sur la couture du bouton.

La gorge de la chemise cousue entièrement à la main. Cette couture sublime tout à fait particulière fait partie de la signature d’une chemise faite à la main.

La mouche ou hirondelle, petit morceau de tissu cousu à la main sur les parties latérales de la chemise. C’est un détail minutieux qui renforce la chemise et lui permet de durer dans le temps.

Le travetto (une sorte de broderie faite à la main avec un point au crochet) qui arrête la fente de la manche au niveau de la patte capucin. C’est un détail de raffinement extrême.